ESTEREL

N° de Voile
H 31
Gréement
8 m JI aurique
Architecte
Léon Sibille & Louis Grossi
Constructeur
Léon Sibille
Concept
1911
Lancement
1912
Certificats de jauge

Estérel, la belle coque centenaire.

Un froid polaire, un mistral à décorner les bœufs, un chantier naval, une élégante coque blanche dont la proue est en travaux. Nous sommes au cœur de l’hiver 2012 et l’équipe de Daniel Scotto plaque avec assurance les bordés sur la pièce d’étrave. Elle vient d’être remplacée après cent ans de vagues et d’eau salée. Estérel, 8mji de 1912 se fait beau pour son centenaire : quelques couples à renforcer, des taquets à déplacer, des vernis à peaufiner, des épissures et de nœuds à mateloter.

Hiver 1912, un froid polaire, un mistral à décorner les bœufs, un chantier naval et une belle coque en cours de construction au pied du fort Ganteaume dans le Vieux Port. Léon GROSSI, sur un plan de Léon SIBILLE, plaque les bordés d’un geste assuré. Estérel est une commande des Frères MICHEL, membre de la Société Nautique de Marseille, pour un programme de régates à Marseille et sur la Côte d’Azur. Le bateau, au brion émergé, à la coque élancée, à la voilure de cotre aurique est d’une élégance rare. Presque un oiseau, né sous le crayon d’un des pères du premier hydravion. Il ressemble tant à Taifun, le médaillé olympique. S’en sont suivi de nombreuses navigations, un changement de jauge, un aménagement de rouf, d’autres modifications pas toujours heureuses et un long abandon au pied de la mairie.

Hiver 1991, un froid polaire, un mistral à décorner les bœufs, un chantier naval et une belle coque en cours de restauration. Sébastien GRALL, jeune charpentier de marine, plaque d’un geste assuré les bordés en pitch pin d’origine et d’une seule longueur. En mai, Loule, le vieux calfat, va rendre à la coque son étanchéité. Elle est dans ses lignes. Le gréement d’origine a pu être redessiné grâce à un certificat de jauge et à des mesures prises par André MAURIC. Le bateau est bientôt à flot pour reprendre sa vie de convoyages, de régates et de rassemblements de Monaco à Brest où il ira en 1992 et 2004.

Hiver 1998, un froid polaire, un mistral à décorner les bœufs, un autre chantier naval, une belle coque en cours de restauration. Sébastien GRALL, maintenant, a son propre chantier et peut donner à Estérel tous les soins pour une remise à neuf plus complète. La quille, l’étambot, les varangues, la carlingue sont refaits. Le calfat est remplacé par un flipotage.

La ténacité de huit passionnés emmenés par Patrick WILLIAMSON, découvreur de l’épave, ont permis de redonner à Estérel sa grâce et son élégance. Depuis, les convoyages, les régates à Monaco, Nice, Cannes, Saint-Tropez, Porquerolles, Marseille, les rassemblements et surtout les nombreux équipiers ne se comptent plus.

En 2001, la vie séparant ceux qui s’aiment, une partie de l’équipe s’est dispersée. Deux sont restés et ont constitué un nouvel équipage de propriétaires. Ils sont cinq, toujours animés par cette envie de sentir jouer la coque en bois dans la risée, toujours inquiets de l’entendre taper dans la vague, toujours fiers de leur mains gonflées et calleuses, toujours heureux de se retrouver pour une séance de matelotage ou de vernis. Membres eux aussi de la Société Nautique, ils se plaisent à tirer le bord du large au soleil couchant dans la rade.

La belle saison 2012, une douce chaleur, une mer belle, la petite risée qu’il aime tant.

Estérel a cent ans.

Ses vernis brillent au soleil, sa coque glisse, ses manœuvres tombent sous la main, sa barre est légère, ses voiles neuves laissent glisser les filets d’air. Les bateaux peuvent-ils être heureux ? Leurs marins certainement. Tout n’est pas simple, mais n’est-ce pas mieux ainsi ? Estérel ne gagne pas en course. Est-ce la faute de cette jauge qui pénalise son caractère de vieux 8mji d’un temps où les formules n’étaient pas encore figées ?

Le plaisir est ailleurs. La simplicité, le charme naturel, un côté un peu désinvolte dans une risée appuyée, le liston un peu trop dans l’eau, une silhouette d’oiseau de mer et surtout cette fierté timide d’être l’un des derniers 8mji Aurique.

1.jpg
4.jpg
2.jpg
5.jpg
3.jpg
6.jpg